TROLL LES OMNIS#1 Attentat végétalien pour du beurre, une sauce champi-moutarde avec protéines de soja et du philadelphia végétalien.

Oyez oyez chers amis de tous bords!

On se prépare pour un attentat végétalien.
On enfile sa tenue d’extrémiste et on y va.

Extrémiste végétale.

 

J’ai décidé de reprendre une bonne vieille tradition : faire des dimanches cuisine pour les deux omnis.
Normalement le dimanche c’est pâtisserie, mais cette semaine est un peu chamboulée car elles ont déjà eu un Kouign Amann végétalien (et on ne crie pas à l’hérésie!) et au vu du succès, il sera refait avec photos/vidéos à la clef.
Pour les plats, ils seront fait en semaine les jours où elles finissent tard après une longue journée et où elles méritent donc un bon repas sans devoir le préparer.

D’un coup de cuillère à pot, on inaugure la rubrique de la mort qui tue
TROLL LES OMNIS ; ATTENTAT VÉGÉTALIEN.
Ehehe.

Le but de cette rubrique :

Prouver à deux omnis-carnistes cobayes, qui sont très très traditionnelles d’un point de vue culinaire, que l’on peut tout végétaliser, de manière SIMPLE et pas chère.
Pas question ici d’avoir des ingrédients farfelus qui coûtent deux reins et/ou que l’on ne trouve pas facilement.
Pour les prochaines versions je m’efforcerai de conserver les éventuels tickets de caisse afin que vous ayez un prix approximatif. Ici … ahoum … je ne les ai pas retrouvé …
J’essayerai au maximum d’utiliser des produits que l’on trouve dans des supermarchés traditionnels mais c’est vrai que certaines choses proviennent de mon magasin bio de VILLAGE (donc assez petit et pas du tout axé sur le végétalisme), je pense que ce genre de magasin fait pléthore un peu partout et donc j’estime que ce ne soit pas « trop » compliqué de se procurer les quelques rares produits que j’achète là bas. (Et je t’encourage vivement d’aller au marché pour tes fruits et légumes, et si t’as la chance d’avoir un magasin en vrac près de chez toi, ben fonce Alphonse ça te reviendra encore moins cher!)
L’une des remarques de ma mère, qui frôle le végétarisme, c’est que ce genre de cuisine demande beaucoup de temps (et de l’argent).
Ce qui est une idée totalement préconçue.
C’est peut-être vrai que l’on passe un tout petit peu plus de temps derrière ses fourneaux, mais pas tant que ça, et puis c’est quand même pour un mieux d’un point de vue santé.

Donc on récapitule:
-Végétalisme.
-Plats traditionnels franco-belge et des petites incursions en Méditerrannée.
-Simplicité.
-Pas très cher.

Donc tout simplement une cuisine accessible et totalement démystifiée.
Voilà et comme ça, ça me permettra d’assouvir mon besoin de cuisiner un petit peu (mon bol alimentaire personnel étant fort réduit – non représentatif du végétalisme, ne me donne pas vraiment l’occasion de mitonner des petits plats).

Pour ce premier attentat,trois recettes pour le prix d’une (ce qui fera un article un peu plus long, j’énumère le contexte mais si vous êtes pressé, les trois recettes se trouvent sans chihi en fin d’article!):

-Du philadelphia végétal
-Un beurre (à base d’huile de coco)
-Spaghetti aux champignons-épinards, protéines de soja, sauce crème moutarde

Suite à un commentaire de Maud, je vais vous livrer la recette magique, comme elle dit (et elle a raison), du PHILADELPHIA VÉGÉTAL.
Le truc qui sauve la vie. Sérieusement. De tous les similis fromage fait maison, ce fut de loin celui qui a le plus ravi mon petit déjeuner.
Frais, léger, même texture que son confrère du supermarché, il est parfait à tartiner et, même si je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester (mais je pense que ce sera le prochain attentat) il doit exceller en pâtisserie, genre cheesecake! Ou pour ajouter de l’onctuosité à une sauce!
Les images viendront cette fois là, car ici, n’en ayant pas besoin tout de suite je n’allais pas en faire inutilement.
Cette recette, je ne la sort pas de ma tête, mais je n’ai plus le lien d’où elle provient. Je vais essayer de retrouver ça, car à tout seigneur tout honneur.

Réaction de l’omni : « ooooooh *.* et ça t’as pris si peu de temps? »

Le beurre végétalien.
Une margarine végétale sans huile de palme!
Faite maison et qui revient pas très chère.
Personnellement je n’en utilise que rarement (de la margarine).
Du moins pour mes trucs perso, après c’est vrai qu’en pâtisserie c’est un peu incontournable. Celle-ci offre l’avantage par rapport à plein de margarine du commerce, qu’on peut la tartiner mais aussi l’utiliser en cuisson!
Car je ne vous apprend rien, en général soit c’est « à tartiner » soit « cuire et rôtir » (exception je pense pour les versions beurre de coco du commerce que je n’ai jamais essayées).
La seule margarine végétale qui permet la tartinade et la cuisson, que je trouve par ici, c’est le beurre de soja de la marque Provamel, qui m’a permit de réaliser plein de choses, notamment mes curds végétaliens!

Pour l’huile de coco désodorisée, n’en achetant jamais (youhou c’est une première pour moi!!) j’ai opté pour celle de chez Action, Bio Wise,  pas trop chère.
Avec un label pseudo-bio européen.
(je dis pseudo CAR, ce fameux label européen de la petite feuille, ainsi que beaucoup d’autres pour le bio, ne le sont pas réellement, ouais, dans le troll de l’année celui-ci est plutôt grand.
Pourquoi ce n’est pas « bio »? Tout simplement car ce genre de label autorise soit pour une même exploitation soit pour une exploitation voisine des cultures non bio traitées par pesticides et autres chimie dégueulasse … c’est notamment le cas pour le label « AB » et la petite feuille européenne donc … oui ceux là même qu’on trouve le plus facilement en supermarché! PROMIS JE RETROUVE MA SOURCE.)

La recette provient du super site « La France Végétalienne« . C’est aussi ce site qui m’a permis de réaliser le rêve de mon omni de soeur : le fameux Kouing Amann (hashtag l’attentat calorique breton par excellence).
Sauf que j’ai pas tout à fait, fait comme eux (que ce soit le kouing ou la margarine) donc je vous propose ma version LÉGÈREMENT modifiée.
Dans les faits se sont les mêmes ingrédients (pour la margarine) (le kouing on y reviendra).
Disons que le site est la théorie et que moi … la pratique!

Beaucoup de personne se sentent perdues sans blender pour ce genre de recette, ma version à moi est tout simplement l’adaptation avec mixeur plongeant.
Celui que j’utilise est à ma mère, je ne sais ABSOLUMENT pas si, lorsqu’on en achète un il est fourni avec un récipient adapté pour éviter les catastrophes explosives (ce qui serait pratique).
Toujours est-il que je n’en ai pas, donc j’ai dû faire quelques tests d’essai erreur, pour éviter de refaire la décoration murale de la cuisine. C’est essentiel que tu trouves le récipient adéquat pour mixer les noix sans que ça deviennent un véritable attentat sur votre plan de travail. (ce qui arrive très vite!)
Je ne peux t’aider concrètement jeune padawan(ahaha oui oui fais tes petits tests) mais le seul conseil que je peux te donner, c’est que j’ai eu de graaandes satisfactions avec un bocal qui est très large dans le fond et dont le dessus est plus resserré, pile assez grand pour passer la tête du mixeur et du fait que c’est plus étroit, ça évite aux noix de valdinguer dans tous les sens pour finir éjectées partout sur les murs et le plan de travail.
Ici j’utilise la casserole dans laquelle j’ai fais fondre l’huile. (depuis le temps que je n’ai plus mixé de cajou je ne sais où est mon bocal magique)
=> La recette initiale préconise de mixer au blender les noix et après rajouter huiles et sel mais j’ai fait à l’envers (ahaha), en rajoutant les noix à l’huile et à mixer seulement après.
Ce qui je pense, ne change pas grand chose.

Réaction de l’omni : On sent quand même le goût des noix, mais ce n’est pas dérangeant. A voir à l’utilisation.
(oui il est tout frais à l’heure où j’écris ces lignes, le petit n’a pas vraiment encore eu l’occasion de faire ses preuves!)
Moi j’ai pas goûté, l’huile me fait franchement bader.

Spaghetti champignons-épinards, protéines de soja et sauce crème-moutarde.
On en vient à la recette de plat principal du jour.
Cette recette c’était pour introduire les protéines de soja à ma mère.
Ici pas de réel troll car elle était bien au courant que ce serait une « mixiture » végétalienne (puis bon maintenant je suis quand même vachement spotted elles ont bien compris que ce serait toujours du cruelty free, maiiis j’ai d’autres cobayes dans la poche!).
Il faut savoir que toutes les deux m’ont fait la guerre au tofu. Malgré les marinades et compagnie, non, la texture ne passait vraiment pas. Je ne peux blâmer, on ne peut pas tout aimer.
Donc je n’ai pas insisté avec le tofu. (mais je prépare une attaque)
Le seitan hâché par contre fut relativement bien apprécié dans une sauce tomate.

J’aimerai à terme qu’elle arrête d’acheter des substituts carnés qui coûtent méga cher et que l’on peut reproduire facilement sans passer une nuit derrière les fourneaux (contrairement à ce qu’elle croit) !
Et donc ici, attaque protéines de soja (ou protéines de soja texturées ou PST).
J’ai pris celles de la marque Vajra, la seule version que propose mon magasin bio du coin, de facture fine.
A toi de voir, si tu as la version gros morceaux ça passe aussi!
Donc ici c’est le seul ingrédient que l’on ne trouve pas dans les commerces traditionnels et donc il te faudra pousser la porte d’une enseigne bio (prend de la levure maltée au passage!)

La recette de base provient du site Veganisez-vous, que j’ai un peu modifiée avec ce que j’avais dans le frigo, c’est-à-dire que j’ai incorporé des épinards frais et une tartinade 4 poivres (achetée en magasin bio, de la marque Streich et totalement OPTIONNELLE)
Et honnêtement j’y verrais bien des tomates cerises!

=> Réaction de l’omni :
Enchantée de la découverte des protéines de soja. Texture agréable qu’elle imagine très bien dans une future sauce tomate.
*J’espère que ta soeur ne va pas rentrer tout de suite comme ça elle n’en mangera pas mouahaha*
Quant à moi, en fait tout ce qui de près ou de loin ressemble à la viande ne m’intéresse pas. Ceci dit je préfère ceci aux similis carnés qui ressemblent à de la vraie viande. C’est une question de goût et de vue, mais je vis très bien sans tout ça.

 

Allez en rang d’oignons les trois recettes!

Philadelphia végétalien :

-1 L de lait de soja non sucré*
-Un yaourt de soja (ou de la crème culinaire soja)
-Un peu de sel.
-Du vinaigre blanc (ou jus de citron). (une ou deux cuillères à soupe)
-Un peu d’eau.
-Une pincée de sel
-Une étamine.
-Blender/mixeur plongeant
=> personnalisable à 100%, n’hésite pas à y rajouter épices et autres herbes, pour une version ail et fines herbes, au poivre, etc.

*Alors il faut obligatoirement du lait de soja, car c’est le seul qui caille parmi les laits végétaux.

=> Mettre un fond d’eau dans une casserole avec le lait de soja (l’eau pour éviter que le fond ne crâme!) et porter à ébullition en étant attentif car, tout comme le lait animal, si on ne surveille pas c’est la cata.
=>Lorsque, ça y est ça bout, on rajoute le vinaigre. C’est celui-ci qui va permettre au lait de cailler.
N’aie crainte du goût, de toute façon se sera rincé, et si tu vois que ça a du mal à cailler n’hésite pas à en rajouter un peu et peut-être reporter à ébullition.
=> On laisse reposer un petit quart d’heure hors du feu. (ça peut être raccourci si tu es pressé, mais t’en auras moins!)

Pendant que ça caille, on prépare la suite des évènements:
On prend sa plus belle passoire que l’on recouvre d’une étamine et à défaut de bandes gaz.
On verse le contenu de la casserole dans la passoire-étamine et on passe sous l’eau pour enlever tout goût de vinaigre.
Attention, si tu veux aider à évacuer l’eau en pressant, prend garde à ne pas te brûler car c’est hyper chaud!
*A ce moment là, si on laisse plus ou moins égoutter en fonction des goûts (en le suspendant au dessus de l’évier par exemple) on obtient une ricotta végétale ou tout bêtement du tofu! (ricotta pas toujours appréciée des omnis pour l’expérience que j’en ai eue!)

=>Une fois que c’est bien rincé, on met le petit pavé obtenu dans son blender ou un récipient pour le mixeur plongeant. On rajoute le yaourt le sel (et les épices si on ne veut pas faire la version nature) et on mixe jusqu’à l’obtention d’une crème onctueuse!

Pour celles et ceux qui ont choisi l’option crème culinaire (ou tofu soyeux, je pense que ça peut bien fonctionner avec), à toi de voir pour les proportions. => Verser une lampée, mixer et rajouter jusqu’à la consistance souhaitée.

Et voilà! On transvase dans un petit bocal en verre (par expérience c’est ce qui conserve le mieux) et on le met au frigo.
Se conserve facilement une semaine (voir plus sérieusement) au frigo!

Beurre végétal :

Margarine cruelty free

Pour +/- 280g de beurre:
-100g de noix de cajou nature (que l’on fait préalablement tremper quelques heures, voir une nuit si on en a la possibilité)
-100g d’huile de coco DÉSODORISÉE (sinon ça aura le goût de coco!)
-1 cuillère à soupe d’huile d’olive
-1/4 de cuillère à café de sel.
-Blender / mixeur plongeant.
-Un pot en verre

Selon leur site, beurre parfait pour tartiner, cuisiner mais qui ne supporte pas bien la friture.

=> On jette l’eau de trempage des noix, et on les rince un chouilla pour la forme.
=>On fait fondre son huile de coco.
=> Une fois que ça a fondu, on retire du feu,  on rajoute ses noix, la cuillère d’huile d’olive et de sel.
=> On prend son mixeur, on prie pour que les noix n’explosent pas partout et on mixe.
Par à coups pour ne pas dézinguer le mixeur, donc ça prend un peu plus de temps qu’avec le blender.
On mixe jusqu’à ce que se soit homogène.

On transvase dans le bocal et on met au frigo pour 4h!
Enjoyyy!

Spaghetti champi-épinards, protéines de soja, sauce crème moutarde :

Pour 2-3 portions
-Les pâtes préférées de votre omni
-300 ml d’eau.
-60g de protéines de soja
-10 champignons de Paris, nettoyés et coupés en lamelles.
-Trois belles poignées d’épinards frais biens rincés.
-150 ml de crème culinaire soja
-1 à 2 cuillères à soupe de moutarde, au goût
-Une bonne cuillère à soupe de tartinade 4 poivres Streich (optionnelle)
-Sel, poivre, noix de muscade, ail en poudre, au goût.
-Margarine (ou beurre de coco home made ;) ) pour la cuisson des champignons si tu le souhaites.
-Levure maltée (qui fera office de parmesan)

=> Réhydrater les protéines de soja: les plonger dans l’eau bouillante, laisser cuire un peu puis les laisser gonfler quinze minute hors du feu et les égoutter.
=> Cuire les champipi. Personnellement, question phobie alimentaire, je les cuits dans un fond d’eau. Mais libre à toi de les cuire à l’huile ou à la margarine. J’y rajoute un peu d’ail en poudre, parce que des champignons cuits sans ail c’est un peu triste.
=>Mettre l’eau à bouillir pour vos pâtes et fais comme tu as l’habitude avec, je ne suis pas là pour te faire changer de religion!
=> Pendant que les champis réduisent dans leur jus, préparer la sauce : mélanger la crème de soja avec une cuillère à soupe de moutarde, du poivre (pas trop si tu utilises la tartinade poivrée), un peu de sel, et de la noix de muscade. Bien mélanger pour que ça émulsionne. Personnellement j’ai pris un peu de la sauce pour en mettre un petit peu dans les protéines afin que ça marine et s’imprègne un peu du goût.
=> Une fois que les champignons sont cuits, un peu réduits, en fonction de tes goûts (forcément) mettre la sauce et les protéines de soja tout en mélangeant correctement et rajouter progressivement les épinards (qui vont réduire aussi, de fait).
=> Faire mijoter un petit peu et rajouter au besoin les épices et peut-être une cuillère de moutarde.

Servir avec un peu de levure maltée sur le dessus pour imiter le parmesan! ;)

 

Résultat du « premier » attentat végétalien : SUCCESS!

Promis, pour la prochaine j’arrête de faire ma tête de nœud honteuse de ma tronche et j’utiliserai les vidéos faites (car oui TOUT CECI fut filmé, dont les réactions de l’omni). Mais bon, je suis en plein moment de rétention d’eau depuis une semaine et l’effet poisson lune est relativement badant (si quelqu’un a une astuce, outre boire plus que de raison ce que je fais déjà, je suis preneuse! C’est arrivé en même temps qu’une grippe de ouf et la fièvre qui allait avec. J’ai rien compris)

Z’appétit and see you soon les mouss pour un autre style d’attentat !

 

 

Publicités

Vidéo d’introduction aux capsules FAQ Crapule aka la vilaine anorexie!

Moussaillon du soir, BONSOIR!

Après moult tergiversations sur comment faire cette vidéo, j’ai enfin trouvé le bon bout -du moins me semble t’il.
Voici donc, après plus d’un mois d’attente, la vidéo introductive aux futures capsules plus spécifiques et répondant, entre autre, à vos questions.
Bon et au final, je l’ai retournée aujourd’hui (ce qui me fait 3 vidéos tournées pour une seule qui sera publiée (en comptant la looooongue de 40 minutes ahaha) et je ne vous raconte pas les rushs de toutes mes tentatives!)
Oui ça sent le bêtisier à plein nez!

Alors, un merci Vylenefermiere et Betta pour leurs questions, qui m’ont en plus inspirées pour d’autres capsules.

AYA story time en vue?
Beuh oui et non, disons que je me suis dit que tant qu’à faire je pouvais aussi tourner des vidéos plus explicatives, genre des do et don’t si vous connaissez quelqu’un souffrant de tca, mieux expliquer aux gens les tenants et aboutissants de cette pathologie qui est peu comprise, ou difficile à comprendre et/ou admettre si on ne le vit pas.
Puis y’a des funny fact aussi.
T’inquiète on va en rigoler de ces vilaines crapules.


Alors la liste des questions, qui n’est donc pas exhaustive en terme de capsules, tu sais bien hein, les coups de tête, les à l’arrache, les micros capsules c’est plutôt l’genre de la frégate (surtout qu’on a une nouvelle carte sd! On est content pouet pouet!) :

*A quel âge as-tu commencé à partir en cacahuète avec l’alimentation?
*Il-y a t-il déjà eu une époque où tu mangeais sans obsession?
*Tu as écrit que tu n’avais jamais été boulimique, est-ce ta pire frayeur de basculer de ce côté?
*Si tu as connu des personnes boulimiques vomitives peux-tu me dire à ton avis la différence mentale, la différence de bug du cerveau entre une restrictive et une boulimique?
*Qu’est-ce qui fait qu’on puisse avoir été restrictive et à moment se remplir autant pour vulgairement se vider?
*Est-ce possible de redevenir ano quand on ne vit plus que de crises? Est-ce que cette pathologie a un vrai lien avec la mère?
*Tu as écrit que tu aimes la vie, selon mes psychiatres l’anorexie restrictive est un appel à la mort, la boulimie un élan de survie.
*Je suis en mal de vivre depuis toujours et mes troubles ont commencé il y a trois ans. Je ne connais personne qui puisse à moitié comprendre ce que je ressens.
*A partir de quand tu as commencé à te rendre compte que tu étais anorexique ?
*Comment est-ce que tu as eu le déclic de « il faut que je m’en sorte » ?
*Est-ce que tu fais de la dysmorphophobie ou est-ce que tu te vois maigre ?
*Y a-t-il eu des phases où tu arrivais à manger à peu près normalement ou ça a toujours été le chaos ?
*As-tu encore une sensation de faim? Par exemple ne penses-tu pas que tu te lèves à 4h du matin car tu as très faim?
*Quel futur imagines-tu si, admettons que les troubles ne s’amélioraient pas? (Je t’envoie évidemment plein d’ondes positives pour que le contraire se produise).
*Où te visualises-tu dans cinq, dix ans – quel avenir avec les troubles?
* . . .

Des bisous les mouss! (je réponds à vos commentaires demaiiiin)

Dès que l’on me nomme on me brise.

Je vais essayer d’alunir.
D’engloutir cet ultime soupir.
Sans me départir du souvenir de ton sourire.
Et aller droit devant, chemin faisant.
Et continuer à jouer à la crapette.
Au milieu des paillettes et des pâquerettes.

Pour paraphraser : stupeur et tremblement.
Après tout, pourquoi ne pas utiliser des formules toutes faites.

Tu aurais bien ris de ces synchronicités.
Ton père et ta sœur samedi.
Qui t’ont ramené dans mes pensées.

Un hasard que je me connecte à ce stupide réseau,  depuis des mois occulté.

Pour apprendre.
Sans comprendre d’abord.

Au premier signe de La nouvelle, j’ai pensé que c’était un petit tas dont on essayait d’en faire une morène.
Mais je sais pas pourquoi j’ai continué.
Et j’ai compris.

Bordel la morène est bien réelle.

Un coup de pioche, comme les trois nains dans l’aquarium.
En pleine face.
Je t’avoue que je ne réalise pas.

J’ai pas à comprendre.
Tu avais l’intelligence qu’il fallait pour savoir.

Toi qui aimait les jeux de mots,
Je t’en offre un dernier.
Accommodé à notre nébulosité.

Les petits poi(d)s sont rouges.

Je vais essayer d’alunir.
D’engloutir cet ultime soupir.
Sans me départir du souvenir de ton sourire.
Et aller droit devant, chemin faisant.
Et continuer à jouer à la crapette.
Au milieu des paillettes et des pâquerettes.

15 septembre 2016

Je ne savais pas quoi choisir – trop de notes dans ma tête depuis hier –  alors je t’ai fait une playlist.

Nos crapules tuent.
Si on veut encore plus de synchronicités, la première capsule est filmée.
Mais cet évènement va me faire retarder sa publication.
Juste le temps de décanter pour mieux réaffronter tout ce merdier.

 

Des questions?

Oyez Oyez mes Mignons moussaillons!

Voilà, je compte faire un vlog pour raconter un petit peu la Crapule.
Je compte faire un plan histoire que ce ne soit pas trop décousu comme à mon habitude, mais tant qu’à faire, je me disais que si toi, là, oui oui, il y a des questions que tu te poses sur l’anorexie ou les tcas, (peu importe l’orientation, maladie, rapport sociaux, ce que je mange, les hospits, la sonde, etc. AUCUN TABOU ZICI TU LE SAIS BIEN) ben tu peux me les poser et j’y répondrai avec plaisir!
Voilà les choses sont dites :) je te laisse retourner sauter dans les flaques d’eau! (si il pleut chez toi comme chez moi!)

Crédit image

Vlog « petit bilan et un matin magique  » suivi d’une drôle de surprise.

Magical morning

Ola Moussaillon!

Comment ça va dans ta frégate?

Bon le titre est assez clair, je me suis encore amusée à filmer n’importe comment avec n’importe quoi pour faire un petit bilan de cette semaine, du moins ce qui en ressort pour le moment (je t’avoue que je dois encore pas mal décanter, j’ai pas vraiment eu l’occasion de le faire car j’ai eu énormément de rendez-vous, justement avec tous mes médecins et psys et compagnie, donc rééxpliquer plusieurs fois l’aventure et là je suis juste sur les rotules).

Et après le bilan si t’as le courage de me suivre dans mes délires, t’as droit à un truc VIP auquel personne n’a jamais assisté dans ma ptite vie de marin d’eau douce!

 

Et alors maintenant, en grande pompe, je te présente le réveil fracassant auquel j’ai eu droit.

Je me suis juste levée puis j’ai entendu une chose horrible :

 

Genre en version diurne ça donne ça

Ouais une vrai CATastrophe.

wp-1469906814389.jpg

Merci Gucci, c’était tout à fait prévu dans mon programme.

wp-1469906854946.jpgM’en fou tu n’m’auras plus turlututu!

Et pendant c’temps là Darwin fait pote pote avec le chou rouge!

 

Darwin le pro de la crêpe
Sa passion numéro une? Les boîtes en cartons. Le chou ça c’est nouveau

 

Bref, après mon petit tour chez mon psy et puis Nurgul pour mes fruits, j’ai donc du m’atteler au rangement de tout ce « joyeux bordel ».
Non mais en plus c’est rigolo, c’est comme si il avait eu une connexion avec Zenopia qui publie justement un article aujourd’hui sur Faire le tri dans son dressing. Synchronicité booonjouuuur!
Ben oui tant que j’y étais, j’y suis allée à fond, tout est remis à neuf, trier ranger et on est content pouet pouet!

Au final, ce merci n’est pas si sarcastique!

Allez, au pieu maintenant!

 

Captain Fracass(é)e au nom de la bienséance collective.

 

27 Juillet 2016

06h30.

Il pleut.

La claque ; le coup fourré ; l’escarmouche .
J’ai l’impression d’être dans un mauvais remake de Peter Pan.

Je vais devoir porter un masque chez moi.J’ai 26 ans. Je suis une adulte responsable, apte à prendre des décisions, gérer sa vie administrative, ayant un minimum de réflexion, sachant tenir un discours avec vocabulaire adapté en fonction de la situation.

J’ai 26 ans. Je suis adulte. Je le sais et je le vis pleinement. Sans me plaindre des inconvénients que cela engendre car à côté il y a moult avantages : normalement, être prise en considération en tant qu’individu, avoir un certain libre arbitre, …

Malheureusement le monde n’est pas très beau. Il suffit de consulter n’importe quel média en ce moment.
Alors c’est vrai, que pour survivre dans ce monde hostile et gris où l’égoïsme et l’individualité règnent en maîtres, je me suis forgée une carapace.
Dit comme ça, ça fait très guerrier lourd de métal.
Mais ma carapace n’est pas une chape de plomb contrairement à la société.

Non, elle est toute légère, comme cette ritournelle, où le Merveilleux, la poésie et le magique se rencontre chaque jour.
Je me lève chaque matin en sachant que c’est un jour nouveau et tente de découvrir les choses comme si c’était la première fois.

Depuis que je suis rentrée ici fin janvier, j’ai décidé de vivre en parfaite transparence avec les deux bipèdes qui m’accompagnent. De leur ouvrir ma bulle, sans faux semblant, en espérant que cet air frais leur apporterai quelques petits bonheurs quotidien (sans prétention aucune ceci dit).
J’ai essayé tant que j’ai pu de rendre la routine festive pour que justement l’ordinaire devienne un peu extraordinaire.

Mais Boum.

Collapse.

La bulle a éclaté hier.

Ce petit monde magique n’est pas convenable pour mon âge.
Ce côté enfantin émerveillé pour un rien n’est pas adéquat et jugé comme maladif.

Il le serait si je n’en avais pas conscience. Mais autant pisser dans un violon que d’essayer de le faire comprendre. Que c’est juste une façon plus simple d’avancer et de me relever quand je trébuche, surtout en ce moment avec la crapule.
De toute façon, en tant que malade, ma capacité de jugement s’est nettement amoindrie à leurs yeux.
D’autant plus qu’on parle de maladie mentale.
Voilà le beau raccourci dans leur tête équivalent au truisme 1+1=2.

Tout à commencé le jour du coiffeur. Et la joute s’est terminée en beauté hier.
Collision à son paroxysme.

Boum Boum Chernobyl.

Allez, soyez sérieuse Mademoiselle. Présentable et Responsable.

Alors je leur ferme à quadruple tours ma bulle. Port du masque (de plomb ce coup-ci) obligatoire à la frégate. Redevenir comme avant. Une étrangère chez soi et se plier aux bonnes mœurs de la sororité.
Reporter ce masque qu’on avait été heureuse d’enlever.Et qu’on pensait ne jamais devoir remettre.

En route mouton pantin. Et souris.

14 juillet 2016.

Adieu magie
Adieu poésie
Adieu écoute des cinq sens
Adieu Ubu
Adieu clochettes et carillons
Adieu baleines et libellules
Adieu malice
Adieu morphée
Adieu étoiles filantes et pirates fous
Adieu technicolor
Adieu odeur fraises des bois
Adieu bateau de papier
Adieu collection de plumes et de cailloux
Adieu monde enchanté
Adieu égalité entre tous
Adieu musique perpétuelle
Adieu lait fraises
Adieu aventure au coin de la rue
Adieu va-nu-pied
Adieu spontanéité
Adieu joyeux désordre
Adieu lutin
Adieu dino
Adieu Rawr
Adieu Capucine
Adieu nuages et oiseaux

Il va falloir descendre l’escalier. Mais plus par la rampe. Par les marches.

Tout est parti d’une phrase banale.D’un stupide « quand je serai grande ⌊ … ⌋ » un peu trop souvent répété.
Une phrase.
Une conclusion.
Logique imparable des suivistes d’aujourd’hui.

Adieu forêt et manège. Océan et trésor de perles de bois.

Mais non Peter et vous mes Moussaillons. Rassurez-vous. Je reste là. Derrière le masque. Ma bulle reste ouverte à quiconque. Sauf à ces personnes, pour qui ça restera scellé.

Je garde mes plumes et ma liberté. Mon grand air et ma soif de vivre.
Il me reste ma tête, mon petit monde, il me reste ces pages.
Je n’ai pas besoin de ce troupeau.
Elles ne m’auront pas.

Mais je ferai semblant, pour la paix des peuples.
Et on me reprochera mon sérieux, mon sourire absent et le néant émotionnel.
Dans le stoïcisme je suis passée ceinture noire.
Pas de bol pour vous, petits oignons bien rangés

C’est triste quand même de devoir se cacher chez soi.

Ce matin se sera

« -Bonjour.
Il pleut. »

Mais dans ma tête résonnera le « il mouille c’est la fête à la grenouille« .

Mais aujourd’hui je grandis alors.
Double Je.

Ça va être drôle.

Mais rassure-toi, ici c’est toujours Moi.
Je ne lâche pas l’affaire comme ça. La musique et les lanternes sont toujours allumée. Regarde juste le fond de mes yeux et tend l’oreille.
Derrière cet hideux masque trop lourd les étoiles et les ritournelles sont toujours là.