TROLL LES OMNIS#1 Attentat végétalien pour du beurre, une sauce champi-moutarde avec protéines de soja et du philadelphia végétalien.

Oyez oyez chers amis de tous bords!

On se prépare pour un attentat végétalien.
On enfile sa tenue d’extrémiste et on y va.

Extrémiste végétale.

 

J’ai décidé de reprendre une bonne vieille tradition : faire des dimanches cuisine pour les deux omnis.
Normalement le dimanche c’est pâtisserie, mais cette semaine est un peu chamboulée car elles ont déjà eu un Kouign Amann végétalien (et on ne crie pas à l’hérésie!) et au vu du succès, il sera refait avec photos/vidéos à la clef.
Pour les plats, ils seront fait en semaine les jours où elles finissent tard après une longue journée et où elles méritent donc un bon repas sans devoir le préparer.

D’un coup de cuillère à pot, on inaugure la rubrique de la mort qui tue
TROLL LES OMNIS ; ATTENTAT VÉGÉTALIEN.
Ehehe.

Le but de cette rubrique :

Prouver à deux omnis-carnistes cobayes, qui sont très très traditionnelles d’un point de vue culinaire, que l’on peut tout végétaliser, de manière SIMPLE et pas chère.
Pas question ici d’avoir des ingrédients farfelus qui coûtent deux reins et/ou que l’on ne trouve pas facilement.
Pour les prochaines versions je m’efforcerai de conserver les éventuels tickets de caisse afin que vous ayez un prix approximatif. Ici … ahoum … je ne les ai pas retrouvé …
J’essayerai au maximum d’utiliser des produits que l’on trouve dans des supermarchés traditionnels mais c’est vrai que certaines choses proviennent de mon magasin bio de VILLAGE (donc assez petit et pas du tout axé sur le végétalisme), je pense que ce genre de magasin fait pléthore un peu partout et donc j’estime que ce ne soit pas « trop » compliqué de se procurer les quelques rares produits que j’achète là bas. (Et je t’encourage vivement d’aller au marché pour tes fruits et légumes, et si t’as la chance d’avoir un magasin en vrac près de chez toi, ben fonce Alphonse ça te reviendra encore moins cher!)
L’une des remarques de ma mère, qui frôle le végétarisme, c’est que ce genre de cuisine demande beaucoup de temps (et de l’argent).
Ce qui est une idée totalement préconçue.
C’est peut-être vrai que l’on passe un tout petit peu plus de temps derrière ses fourneaux, mais pas tant que ça, et puis c’est quand même pour un mieux d’un point de vue santé.

Donc on récapitule:
-Végétalisme.
-Plats traditionnels franco-belge et des petites incursions en Méditerrannée.
-Simplicité.
-Pas très cher.

Donc tout simplement une cuisine accessible et totalement démystifiée.
Voilà et comme ça, ça me permettra d’assouvir mon besoin de cuisiner un petit peu (mon bol alimentaire personnel étant fort réduit – non représentatif du végétalisme, ne me donne pas vraiment l’occasion de mitonner des petits plats).

Pour ce premier attentat,trois recettes pour le prix d’une (ce qui fera un article un peu plus long, j’énumère le contexte mais si vous êtes pressé, les trois recettes se trouvent sans chihi en fin d’article!):

-Du philadelphia végétal
-Un beurre (à base d’huile de coco)
-Spaghetti aux champignons-épinards, protéines de soja, sauce crème moutarde

Suite à un commentaire de Maud, je vais vous livrer la recette magique, comme elle dit (et elle a raison), du PHILADELPHIA VÉGÉTAL.
Le truc qui sauve la vie. Sérieusement. De tous les similis fromage fait maison, ce fut de loin celui qui a le plus ravi mon petit déjeuner.
Frais, léger, même texture que son confrère du supermarché, il est parfait à tartiner et, même si je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester (mais je pense que ce sera le prochain attentat) il doit exceller en pâtisserie, genre cheesecake! Ou pour ajouter de l’onctuosité à une sauce!
Les images viendront cette fois là, car ici, n’en ayant pas besoin tout de suite je n’allais pas en faire inutilement.
Cette recette, je ne la sort pas de ma tête, mais je n’ai plus le lien d’où elle provient. Je vais essayer de retrouver ça, car à tout seigneur tout honneur.

Réaction de l’omni : « ooooooh *.* et ça t’as pris si peu de temps? »

Le beurre végétalien.
Une margarine végétale sans huile de palme!
Faite maison et qui revient pas très chère.
Personnellement je n’en utilise que rarement (de la margarine).
Du moins pour mes trucs perso, après c’est vrai qu’en pâtisserie c’est un peu incontournable. Celle-ci offre l’avantage par rapport à plein de margarine du commerce, qu’on peut la tartiner mais aussi l’utiliser en cuisson!
Car je ne vous apprend rien, en général soit c’est « à tartiner » soit « cuire et rôtir » (exception je pense pour les versions beurre de coco du commerce que je n’ai jamais essayées).
La seule margarine végétale qui permet la tartinade et la cuisson, que je trouve par ici, c’est le beurre de soja de la marque Provamel, qui m’a permit de réaliser plein de choses, notamment mes curds végétaliens!

Pour l’huile de coco désodorisée, n’en achetant jamais (youhou c’est une première pour moi!!) j’ai opté pour celle de chez Action, Bio Wise,  pas trop chère.
Avec un label pseudo-bio européen.
(je dis pseudo CAR, ce fameux label européen de la petite feuille, ainsi que beaucoup d’autres pour le bio, ne le sont pas réellement, ouais, dans le troll de l’année celui-ci est plutôt grand.
Pourquoi ce n’est pas « bio »? Tout simplement car ce genre de label autorise soit pour une même exploitation soit pour une exploitation voisine des cultures non bio traitées par pesticides et autres chimie dégueulasse … c’est notamment le cas pour le label « AB » et la petite feuille européenne donc … oui ceux là même qu’on trouve le plus facilement en supermarché! PROMIS JE RETROUVE MA SOURCE.)

La recette provient du super site « La France Végétalienne« . C’est aussi ce site qui m’a permis de réaliser le rêve de mon omni de soeur : le fameux Kouing Amann (hashtag l’attentat calorique breton par excellence).
Sauf que j’ai pas tout à fait, fait comme eux (que ce soit le kouing ou la margarine) donc je vous propose ma version LÉGÈREMENT modifiée.
Dans les faits se sont les mêmes ingrédients (pour la margarine) (le kouing on y reviendra).
Disons que le site est la théorie et que moi … la pratique!

Beaucoup de personne se sentent perdues sans blender pour ce genre de recette, ma version à moi est tout simplement l’adaptation avec mixeur plongeant.
Celui que j’utilise est à ma mère, je ne sais ABSOLUMENT pas si, lorsqu’on en achète un il est fourni avec un récipient adapté pour éviter les catastrophes explosives (ce qui serait pratique).
Toujours est-il que je n’en ai pas, donc j’ai dû faire quelques tests d’essai erreur, pour éviter de refaire la décoration murale de la cuisine. C’est essentiel que tu trouves le récipient adéquat pour mixer les noix sans que ça deviennent un véritable attentat sur votre plan de travail. (ce qui arrive très vite!)
Je ne peux t’aider concrètement jeune padawan(ahaha oui oui fais tes petits tests) mais le seul conseil que je peux te donner, c’est que j’ai eu de graaandes satisfactions avec un bocal qui est très large dans le fond et dont le dessus est plus resserré, pile assez grand pour passer la tête du mixeur et du fait que c’est plus étroit, ça évite aux noix de valdinguer dans tous les sens pour finir éjectées partout sur les murs et le plan de travail.
Ici j’utilise la casserole dans laquelle j’ai fais fondre l’huile. (depuis le temps que je n’ai plus mixé de cajou je ne sais où est mon bocal magique)
=> La recette initiale préconise de mixer au blender les noix et après rajouter huiles et sel mais j’ai fait à l’envers (ahaha), en rajoutant les noix à l’huile et à mixer seulement après.
Ce qui je pense, ne change pas grand chose.

Réaction de l’omni : On sent quand même le goût des noix, mais ce n’est pas dérangeant. A voir à l’utilisation.
(oui il est tout frais à l’heure où j’écris ces lignes, le petit n’a pas vraiment encore eu l’occasion de faire ses preuves!)
Moi j’ai pas goûté, l’huile me fait franchement bader.

Spaghetti champignons-épinards, protéines de soja et sauce crème-moutarde.
On en vient à la recette de plat principal du jour.
Cette recette c’était pour introduire les protéines de soja à ma mère.
Ici pas de réel troll car elle était bien au courant que ce serait une « mixiture » végétalienne (puis bon maintenant je suis quand même vachement spotted elles ont bien compris que ce serait toujours du cruelty free, maiiis j’ai d’autres cobayes dans la poche!).
Il faut savoir que toutes les deux m’ont fait la guerre au tofu. Malgré les marinades et compagnie, non, la texture ne passait vraiment pas. Je ne peux blâmer, on ne peut pas tout aimer.
Donc je n’ai pas insisté avec le tofu. (mais je prépare une attaque)
Le seitan hâché par contre fut relativement bien apprécié dans une sauce tomate.

J’aimerai à terme qu’elle arrête d’acheter des substituts carnés qui coûtent méga cher et que l’on peut reproduire facilement sans passer une nuit derrière les fourneaux (contrairement à ce qu’elle croit) !
Et donc ici, attaque protéines de soja (ou protéines de soja texturées ou PST).
J’ai pris celles de la marque Vajra, la seule version que propose mon magasin bio du coin, de facture fine.
A toi de voir, si tu as la version gros morceaux ça passe aussi!
Donc ici c’est le seul ingrédient que l’on ne trouve pas dans les commerces traditionnels et donc il te faudra pousser la porte d’une enseigne bio (prend de la levure maltée au passage!)

La recette de base provient du site Veganisez-vous, que j’ai un peu modifiée avec ce que j’avais dans le frigo, c’est-à-dire que j’ai incorporé des épinards frais et une tartinade 4 poivres (achetée en magasin bio, de la marque Streich et totalement OPTIONNELLE)
Et honnêtement j’y verrais bien des tomates cerises!

=> Réaction de l’omni :
Enchantée de la découverte des protéines de soja. Texture agréable qu’elle imagine très bien dans une future sauce tomate.
*J’espère que ta soeur ne va pas rentrer tout de suite comme ça elle n’en mangera pas mouahaha*
Quant à moi, en fait tout ce qui de près ou de loin ressemble à la viande ne m’intéresse pas. Ceci dit je préfère ceci aux similis carnés qui ressemblent à de la vraie viande. C’est une question de goût et de vue, mais je vis très bien sans tout ça.

 

Allez en rang d’oignons les trois recettes!

Philadelphia végétalien :

-1 L de lait de soja non sucré*
-Un yaourt de soja (ou de la crème culinaire soja)
-Un peu de sel.
-Du vinaigre blanc (ou jus de citron). (une ou deux cuillères à soupe)
-Un peu d’eau.
-Une pincée de sel
-Une étamine.
-Blender/mixeur plongeant
=> personnalisable à 100%, n’hésite pas à y rajouter épices et autres herbes, pour une version ail et fines herbes, au poivre, etc.

*Alors il faut obligatoirement du lait de soja, car c’est le seul qui caille parmi les laits végétaux.

=> Mettre un fond d’eau dans une casserole avec le lait de soja (l’eau pour éviter que le fond ne crâme!) et porter à ébullition en étant attentif car, tout comme le lait animal, si on ne surveille pas c’est la cata.
=>Lorsque, ça y est ça bout, on rajoute le vinaigre. C’est celui-ci qui va permettre au lait de cailler.
N’aie crainte du goût, de toute façon se sera rincé, et si tu vois que ça a du mal à cailler n’hésite pas à en rajouter un peu et peut-être reporter à ébullition.
=> On laisse reposer un petit quart d’heure hors du feu. (ça peut être raccourci si tu es pressé, mais t’en auras moins!)

Pendant que ça caille, on prépare la suite des évènements:
On prend sa plus belle passoire que l’on recouvre d’une étamine et à défaut de bandes gaz.
On verse le contenu de la casserole dans la passoire-étamine et on passe sous l’eau pour enlever tout goût de vinaigre.
Attention, si tu veux aider à évacuer l’eau en pressant, prend garde à ne pas te brûler car c’est hyper chaud!
*A ce moment là, si on laisse plus ou moins égoutter en fonction des goûts (en le suspendant au dessus de l’évier par exemple) on obtient une ricotta végétale ou tout bêtement du tofu! (ricotta pas toujours appréciée des omnis pour l’expérience que j’en ai eue!)

=>Une fois que c’est bien rincé, on met le petit pavé obtenu dans son blender ou un récipient pour le mixeur plongeant. On rajoute le yaourt le sel (et les épices si on ne veut pas faire la version nature) et on mixe jusqu’à l’obtention d’une crème onctueuse!

Pour celles et ceux qui ont choisi l’option crème culinaire (ou tofu soyeux, je pense que ça peut bien fonctionner avec), à toi de voir pour les proportions. => Verser une lampée, mixer et rajouter jusqu’à la consistance souhaitée.

Et voilà! On transvase dans un petit bocal en verre (par expérience c’est ce qui conserve le mieux) et on le met au frigo.
Se conserve facilement une semaine (voir plus sérieusement) au frigo!

Beurre végétal :

Margarine cruelty free

Pour +/- 280g de beurre:
-100g de noix de cajou nature (que l’on fait préalablement tremper quelques heures, voir une nuit si on en a la possibilité)
-100g d’huile de coco DÉSODORISÉE (sinon ça aura le goût de coco!)
-1 cuillère à soupe d’huile d’olive
-1/4 de cuillère à café de sel.
-Blender / mixeur plongeant.
-Un pot en verre

Selon leur site, beurre parfait pour tartiner, cuisiner mais qui ne supporte pas bien la friture.

=> On jette l’eau de trempage des noix, et on les rince un chouilla pour la forme.
=>On fait fondre son huile de coco.
=> Une fois que ça a fondu, on retire du feu,  on rajoute ses noix, la cuillère d’huile d’olive et de sel.
=> On prend son mixeur, on prie pour que les noix n’explosent pas partout et on mixe.
Par à coups pour ne pas dézinguer le mixeur, donc ça prend un peu plus de temps qu’avec le blender.
On mixe jusqu’à ce que se soit homogène.

On transvase dans le bocal et on met au frigo pour 4h!
Enjoyyy!

Spaghetti champi-épinards, protéines de soja, sauce crème moutarde :

Pour 2-3 portions
-Les pâtes préférées de votre omni
-300 ml d’eau.
-60g de protéines de soja
-10 champignons de Paris, nettoyés et coupés en lamelles.
-Trois belles poignées d’épinards frais biens rincés.
-150 ml de crème culinaire soja
-1 à 2 cuillères à soupe de moutarde, au goût
-Une bonne cuillère à soupe de tartinade 4 poivres Streich (optionnelle)
-Sel, poivre, noix de muscade, ail en poudre, au goût.
-Margarine (ou beurre de coco home made ;) ) pour la cuisson des champignons si tu le souhaites.
-Levure maltée (qui fera office de parmesan)

=> Réhydrater les protéines de soja: les plonger dans l’eau bouillante, laisser cuire un peu puis les laisser gonfler quinze minute hors du feu et les égoutter.
=> Cuire les champipi. Personnellement, question phobie alimentaire, je les cuits dans un fond d’eau. Mais libre à toi de les cuire à l’huile ou à la margarine. J’y rajoute un peu d’ail en poudre, parce que des champignons cuits sans ail c’est un peu triste.
=>Mettre l’eau à bouillir pour vos pâtes et fais comme tu as l’habitude avec, je ne suis pas là pour te faire changer de religion!
=> Pendant que les champis réduisent dans leur jus, préparer la sauce : mélanger la crème de soja avec une cuillère à soupe de moutarde, du poivre (pas trop si tu utilises la tartinade poivrée), un peu de sel, et de la noix de muscade. Bien mélanger pour que ça émulsionne. Personnellement j’ai pris un peu de la sauce pour en mettre un petit peu dans les protéines afin que ça marine et s’imprègne un peu du goût.
=> Une fois que les champignons sont cuits, un peu réduits, en fonction de tes goûts (forcément) mettre la sauce et les protéines de soja tout en mélangeant correctement et rajouter progressivement les épinards (qui vont réduire aussi, de fait).
=> Faire mijoter un petit peu et rajouter au besoin les épices et peut-être une cuillère de moutarde.

Servir avec un peu de levure maltée sur le dessus pour imiter le parmesan! ;)

 

Résultat du « premier » attentat végétalien : SUCCESS!

Promis, pour la prochaine j’arrête de faire ma tête de nœud honteuse de ma tronche et j’utiliserai les vidéos faites (car oui TOUT CECI fut filmé, dont les réactions de l’omni). Mais bon, je suis en plein moment de rétention d’eau depuis une semaine et l’effet poisson lune est relativement badant (si quelqu’un a une astuce, outre boire plus que de raison ce que je fais déjà, je suis preneuse! C’est arrivé en même temps qu’une grippe de ouf et la fièvre qui allait avec. J’ai rien compris)

Z’appétit and see you soon les mouss pour un autre style d’attentat !

 

 

PANIQUE EN CUISINE

Il est 06h30 du matin et tout va bien …

Sauf que t’avais pas prévu d’être en rade de produits vaisselle!

(true story de mon matin!)

Allez, vite fait bien en direct live de la frégate avec ma tête du matin , « comment faire son produit vaisselle en 4 minutes top chrono avec quasi rien » (et que tu as sûrement dans ton placard! ) tout en respectant notre bel environnement.

Car il est important à rappeler, même si c’est vieux comme les chemins, mais dès qu’on peut inciter à un mode de vie plus responsable, faisons-le, c’est ça le COLIBRISME.


Bon pour les ingrédients

  • Un récipient (genre ancien flacon de produit vaisselle)
  • 1/2 litre d’eau chaude
  • 1/2 verre de savon noir
  • 1/2 verre de vinaigre blanc
  • 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude.
  • Quelques goûtes d’huiles essentielles.

Et c’est tout poil au bidou! Et si jamais tu as une vaisselle cracra tu peux rajouter des cristaux de soude dans ton eau de vaisselle.

Économique, écologique, pratique ! Vieux truc très connu mais qu’il est essentiel à rappeler) car toute cette facilité devrait pousser plus de monde à un mode de vie plus simple/responsable/respectueux.

Voilà voilàà petite vidéo entre deux articles en rédaction et la finalisation de la mise en page de la frégate!

OH OH OH EDIT DE LA MUERTE QUI TUE, voici le lien d’un super article de Zenopia sur les précautions à prendre quand on fait ses propres produits! Il tombe à pic comme on dit :)
Alors qu’est ce qu’on dit? Merci Tata Zenopia!

Aller, Tchuss les mouss et bonne semaine! :)

Scandale en cuisine, mais solution antigaspi : PIMP TA TARTINE TRAILER