Minuit toute la Tribe est grise  

Il est minuit passé, je ne dors pas encore mais serais bientôt levée.

Et … les étoiles sont là.

C’est gai.

Bientôt l’aurore ♡

Savor life and … all it’s M A G I C 

Publicités

Une semaine + surprises. (article inutile t’es prévenu lustucru!)

Captain et l'hôpital

BREAKING NEWS

  1. Voilà la sentence est tombée, je vais aller passer une semaine dans un hôpital.
    J’attends le coup de fil.
    Mais apparemment, c’est un endroit plutôt cool avec accès à internet donc je pourrai vous faire les tribulations d’un marin d’eau douce en institution psychosomatique (rien que le mot me fait PEUR).
    Je bad à mort mais une semaine c’est tenable. Ce serait juste en mode « petite retraite entourée d’une équipe médicale« . Avec portable et wifi, donc rien à voir avec l’ancien hôpital où j’étais. *essaye de faire de l’auto-persuasion*
    Lire la suite de « Une semaine + surprises. (article inutile t’es prévenu lustucru!) »

Ode à toi mon petit-déjeuner d’amour.

Jeudi 07 juillet 2016.

Coucou les Mouss’ Pagaillous!

C’est rigolo mais vu le nombre de brouillons que j’ai et auxquels je tiens, et la mise en page du blog qui commence à apercevoir le bout,  je ne pensais pas écrire cet article de si tôt.
Et pourtant tout un tas de raisons me pousse à le faire.

Oui j’ai mis la date, au cas où je devrais le publier demain si mon état m’empêche de l’écrire jusqu’au bout aujourd’hui. (et là je me rends compte qu’on est déjà le 12 ahaha, mais c’est pas de la procrastination je te le promet)

Donc disais-je, un tout petit tas de raison en fait :
Nous sommes le 07 juillet (édit. enfin le 12 juillet c’est aussi une « date ») * j’ai enfin re-bravé le froid matinal pour pouvoir le prendre en pique-nique dans le jardin * par pur hasard après je me suis rendue compte que le défi du jour du 30DMC était « suivre une routine matinale » * et que j’ai besoin de me ressourcer chez moi, et qu’il n’y a que ça qui me fait vibrer vraiment.

DONC PETIT DÉJEUNER MON AMOUR.

 

Oh mais ce ne fut pas toujours le cas, au début on n’était pas très pote, voir même intimes ennemis.
Enfant c’était sous la torture quand ma mère arrivait à me faire manger quelque chose le matin (en fait j’ai des tca depuis toujours) et elle à lâché l’affaire le jour où elle m’a vraiment forcée à balle de guerre et que j’ai littéralement remis cette tartoche en classe, devant les copains, ouais la honte (surtout qu’elle était au choco, je te parle pas de l’aspect!)  mais au moins j’ai eu la « paix » après. Ahaha)

Donc pendant des années, mon matin fut strictement réduit à un des bons cafés noir sans sucre et par après par l’ajout d’une clope ou deux, ou trois . . .  enfin bref, t’as compris le truc, super pas banana healthy comme on dit maintenant si on veut être in. (j’en reviens pas j’ai inséré le mot healthy dans le blog, vite flagellez-moi!)

Va nu pied
(02 juillet 2015 – 05h35) Va Nu Pieds (poil au nez)

 

Enfin rassure toi mon petit moussaillon papillon, cet article n’a pas pour but de te jeter la pierre si tu ne déjeunes pas, ou de te raconter tous les bienfaits que ça engendre point de vue énergie/concentration, qu’il faut prendre des eaux détox et faire 10 000 minutes de yoga et compagnie.
La méga-blogosphère déborde de sites là dessus. (et je ne leur jette pas la pierre non plus hein!)
Mais je pense que l’on est suffisamment bassiné comme ça durant nos journées, j’ai pas envie d’en rajouter une couche.
Non, mon blog se veut être un endroit où l’on se sent bien et où tout le monde est accepté. (haaan c’est beau la diversité!)

Je veux juste égoïstement partager avec toi, ce petit « moment plaisir »

Mais je te disais donc, notre histoire a très mal commencé.
Pour moi c’était le diable en personne.
Berk, rien ne pouvait entrer dans mon estomac tout barbouillé. L’idée même me rendait vaseuse.

Et ce pendant des annéééééées. (23 si on veut être dans la précision!)

Je ne suis véritablement devenue un hobbit membre du Breakfast Club qu’à la fac, lors de mon premier chantier de fouilles.
Bon maintenant ça remonte à 3 ans.
En fait, c’est parti de la constatation que c’était juste impossible d’aller bosser une matinée complète dans une grotte humide et froide sans rien avoir dans le coco.
C’est là que j’ai commencé.
Que j’ai attrapé le virus.
Au début avec des céréales crunchy machins choses.
C’était croquant, pas mauvais (je ne mettais pas de lait dedans).

12 juillet 2013
Et puis grâce à Laura je meurs pas. (édit, je tiens trop à cette photo que pour changer la légende!)

Et les copains de la grotte ils avaient bien compris que j’étais malade, alors comme y’avait quand même des matins chagrins point de vue estomac, ils (enfin en l’occurrence Elle) m’apportait au pied de ma tente de la safe food pour Captain, c’est à dire des ptits fruits
Et pour l’anecdote, cette photo a pile 3 ans aujourd’hui.
Puis j’ai eu la phase lait et où on le termine en mode choco froid (puisque les céréales avaient ces horribles pépites de chocolats) (je dis horribles car maintenant je suis en grand froid avec toute cette bouffe industrielle, j’ai rien contre un vrai muesli croquant fait maison, avec des vrais noix, du vrais chocolat etc.).

Mais bon faut un début à tout, et voilà.

Nous (le ptit dèj et moi) ce fut comme ça.

Et une fois le chantier terminé (snif), j’ai continué au kot (= maison étudiante en belch’), avec les mêmes céréales, et une autre sorte (de pétales de blé toutes simples si tu veux les détails)  et je variais d’un jour à l’autre, histoire d’en avoir des que j’aime plus et qui donc rendent ces matins là encore plus joyeux.

C’était bizarre, un repas que je ne « supportais » pas, devenait alors indispensable, alors que les autres repas c’était badtrip (#crapule) (même sur les autres chantiers au final, je misais tout sur le ptit dèj vu que les autres repas c’étaient vraiment la cata, mais à la grotte pour le fun fact, parfois le soir, je mangeais les céréales, genre en mode mono diète quoi, et personne ne disaient rien vu qu’ils étaient contents de me voir grailler quelque chose)

 

Et faut pas croire hein, moi qui était du genre à ce moment là à tout peser et compagnie, ben jte jure que leur portion de 30gr. de lilliputiens là,  ils pouvaient aller voir ailleurs si j’y étais. Je me servais un vrai bol. Ehehe.
Puis j’ai eu des prises de consciences alimentaires, à grandir, j’ai commencé à faire mon muesli moi-même, faire des porridge et tout. (mais je craquais quand même encore de temps en temps pour mon premier amour avec ces céréales, parce qu’en plus ça faisait Madeleine de Proust de la Grotte).

Malheureusement, y’a eu un petit hiatus à cause de la Crapule et on s’est retrouvé comme avec les autres repas en mode plus potes du tout.

Mais ça n’a pas duré très très longtemps car je me suis faite hospitaliser pour la première fois pour la Crapule à ce moment là.

C EST LÀ QUE SURVIENT ALORS LA RÉVÉLATION ULTIME DE MA VIE ET QUE LE PETIT DÉJEUNER A VIRÉ AU PAROXYSME DE LA JUBILATION QUOTIDIENNE.

Enfin pas directement.
( ahaha y’a toujours un « mais » dans ces histoires.)

C’est qu’à l’hôpital, tu peux toujours rêver pour avoir ton muesli.
Quedal c’est des tartoches.
DES TARTINES, t’imagines?Et pour moi le pain c’était de la bouffe de gallinacés.
Et bon, chui pas une poule quoi.
Et le choco et tout c’était genre de l’aberration totale, et le beurre aussi, non mais l’horreur quoi.
Il m’a fallu quelques semaines.
Puis j’ai découvert la confiture framboises.
Et là on sort le gros hashtag: bonheur dans le coeur.

Et à force de travail thérapeuthique, je suis arrivée à une structure alimentaire qui comportait TROIS tartines le matin.
Et fallait pas essayer de te mettre entre le petit dej et moi hein, on peut vraiment dire que c’est à cette hospit là que la véritable histoire d’amour a commencé, avant c’était que de l’amitié.
C’est la seule chose que l’hôpital m’aura amené.
Et des deux hospitalisations c’est la seule chose qui est restée.

Car oui, ça choque souvent beaucoup de monde, mais je continue à manger mes trois tartines le matin – en fait je choque systématiquement, en disant que « non mais je mange mes trois repas hein« , mais quand je dis trois tartines ils sont vraiment choqués, et du coup c’est vrai que parfois je me sens comme un petit monstre gargantuesque à manger autant).
Enfin breffons.

Et après la confiture framboises, c’est le gouda au matin que j’ai découvert.
(je souffrais/souffre de néophobie alimentaire entre autre, terme barbare signifiant simplement que ce que je ne connais pas = pas bon,  donc quand je dis découvrir c’est vraiment ça).
Enfin maintenant c’est va mieux de ce côté là avec le végétarisme limite végétalisme (« foutu en l’air » à cause de la tranche de gouda du matin justement),  j’ai outrepassé plus ou moins le truc et suis moins réfractaire de ce côté là, enfin soit, CAPTAIN TU T’ÉGARES ENCORE.

Donc confiture, gouda, et surtout surtout, l’association des deux.
(puis après j’ai découvert la pâte à tartiner spéculoos qui se marie aussi avec le gouda (et la confiot framboise! sisi je te jure! ), mais le spéculoos et moi pour le moment c’est redevenu la guerre).

9 octobre 2015 - en réserve.
Les petits bateaux du matin.

 

Et voilà.

Maintenant, mon méga trip c’est l’amélioration de ce moment de pure bonheur.
Mais avant de parler de cette amélioration, faisons une toute petite parenthèse

Au final, pourquoi bonheur? Pourquoi autant d’amour ?

  • Psychologiquement ça me fait du bien de me dire que je suis un peu comme une personne normale qui arrive à profiter d’un moment à table.
  • Je le passe égoïstement seule et il me permet de vraiment faire le vide et de m’apprêter pour la journée de manière sereine, en mode pleine conscience et tout.
  • C’est le seule moment qui peut durer longtemps et où de surcroit je mange et où je ne culpabilise pas de ne pas faire quelque chose de « productif » (bien que se nourrir le soit)
  • Parce que je mange des choses bonnes
  • Parce que quand je me lève c’est le seul moment où je ressens la faim et où donc je me dit que tout n’est pas perdu dans mon combat.
  • Et puis pour tout ça :

Quand tu le prends en mode pique-nique dans ton jardin (ou devant la fenêtre si t’as pas de jardin à proximité mais toujours en mode pique-nique hein)  entouré de la nature, sans un bruit, source ultime de ressourcement (je suis une lève très très tôt donc j’ai droit à ça) :

cropped-le-bonheur-des-lecc80ves-tocc82t.jpg

Les compagnons

Les matins
Que la magie opère.
Ce ciel
2 juillet 2015 05h02

DSCF0422

Mon ciel, mon arbre, mon oiseau, au travers du carreau.

Un petit bonheur quand même

DSCF9110
Les piques-nique petit dej < 3 je ne vis que pour ça. Voir ta petite maison encore tout endormie.

Et encore, si je te montrais tout tu m’en voudrais de tant de beauté.

Et alors, just for fun, quelques « insta-moment » d’ici, de mon ancienne chaloupe, de l’hôpital, et d’ailleurs et puis je t’explique ma recherche d’amélioration éternelle:

 

Et je terminerai les photos avec une qui me tient particulièrement à cœur, celle-ci,
d’une certes très moche porte, mais c’est elle qui m’amène dans mon petit paradis de jardin pour bénéficier de toutes ces bonnes vibes que m’apportent la Terre lors de ces petits déjeuners au grand air. (avoue que ça fait un peu « Jardin Secret non? )

La porte du paradis.

 

Mais au final, comme je l’ai déjà dit quelque part sur ce blog, c’est un peu triste car une fois qu’il est fini je me retrouve toute chagrine
– sauf en cas de bad day (genre comme ces dernières semaines) , et où j’ai du mal à manger même au petit déj ce qui me rend toujours très triste car je perds mon seul moment où je me sens en vie-
et donc, chagrine car je passe à attendre que la journée se passe pour aller dormir et me dire « chouette c’est bientôt le petit dèj' »

Et aussi – et ça rajoute du bonheur à ce moment – je commence la journée non pas par ce sacro-saint petit déjeuner, mais par m’occuper de la tribe, ce qui est très gratifiant d’apporter du bien à mes petits compagnons, et donc, quand je passe à table, c’est en me sentant ivre de joie d’avoir rendu la smala heureuse pour une bouchée de thon ou de carotte.
C’est le bonheur de se sentir être quelqu’un de bien alors que c’est constamment la guerre dans ma tête à cause de la Crapule et que le restant de la journée je me sens minable d’être une bombe à fragmentation qui fait du mal à son entourage…

 

MAIS ET DONC, QU’ELLE EST CETTE RECHERCHE D AMÉLIORATION?

 

Et ben mon petit Moussaillon, c’est tout simplement ma folie obsessionnelle des tartinades!
Crème de noix (les fauxmages quoi), Curds (vegan) , confitures, CRAMAILLOTTE (oh mon dieu c’est la découverte de ma vie ça) et maintenant les crufitures (deuxième découverte de ma vie)!

Rien ne m’arrête je réinvente sans cesse les goûts et les combinaisons.
C’est un plaisir constant et une recherche permanente. (je te jure essaye du kiwicurd sur de la confiture framboise!).
Et comme je découpe en mille et un morceaux mes tartines, ça me fait mille et un petit bouts sur lesquels je peux changer de tartinade.
M E R V E I L L E U X n’est-il pas?
(enfin ceci dit le chipotage alimentaire n’est vraiment pas le must non plus c’est même plutôt emmerdant la plupart du temps, je n’en fais pas l’apologie c’est un truc typique de la maladie que je ne contrôle pas encore!!)

Et le tout homemade pour un plaisir inégalé.
Je ne te révèle pas tout maintenant sinon je m’autospoile pour des futures vidéos de Captain les bons Tuyaux! (si si rappelle toi ceci , et t’inquiète la suite arrive bientôt)
Mais je te jure que y’a pas un jour où je ne réfléchis pas, tel Jean Baptiste Grenouille, à l’association que je pourrai faire.

Et enfin, je terminerai là dessus, le petit-déjeuner, est entre autre, l’un des moments où je pratique la PLEINE CONSCIENCE. (c’est pour ça que j’aime le fait de le passer seule ou juste avec la tribe)
Où je prends le temps, en silence, de redécouvrir chaque matin, chaque saveur de chaque fruit/fleur/etc.
Où je retrace son cheminement jusqu’à moi, et me permettre de m’apporter du bien. (à moi qui ne sait me faire que du mal )

Moment où je dis merci à la vie, à la terre pour ce qu’elle nous offre.

Et pour ma tranche de gouda, qui, du coup ne fait pas de moi une « vraie » végétalienne(m’en fout j’aime pas les cases), je pense à la vache et tout ce qu’elle a enduré pour me la donner, cette fichue tranche.
Ce qui en fait un cadeau encore plus précieux, que je mange en connaissance de cause et TOUS les jours, j’ai une pensée pour cet animal.
De gratitude.
Et je m’excuse aussi.
D’être la cause finale de tous ses soucis.

Malheureusement, avec la Crapule, pour le moment je ne peux m’en passer.
Un jour je lui dirai adieu, mais là c’est pas le bon plan de continuer mes restrictions à la con.
Mais au moins, je ne suis pas dupe, et je savoure chaque centimètre carré de cette unique tranche que je m’octroie.
(et entre nous, tant mieux que je m’apporte un peu de « graisse »).

Alors voilà, mon petit déjeuner, en ce jour spécial du 12 juillet, je te dis merci de me faire sentir un peu en vie, un peu normale, de me faire oublier le temps d’un instant toutes ces crapuleries pour vivre un instant de Merveilleux.

(oui c’est une mini conclusion pour un si gros pavé!)

Sur ce les mouss, je vous souhaite un excellent petit déjeuner demain matin!

Le magique est partout. En particulier chez Mimi, et la nouvelle boîte. 07 Juillet 2016.

(J’aurai tellement voulu publier cet article le 07, mais les imprévus et la Crapule en ont voulu autrement. Pardon Mimi)
(du coup je vais en profiter pour bien le peaufiner, Grande Première sur la Frégate on va enlever l’étiquette « à l’arrache » :D

Alors pour clarifier dès le départ, je vais parler de la fin de l’article.
Oui c’est bizarre hein.
Donc clarifions, je suis quelqu’un de très terre à terre, scientifique, st thomas tout ce que tu veux. Quand je parle de Magie et Merveilleux je ne parle pas de « paranormal » mais bien d’un concept de voir la beauté, l’extraordinaire, le fantastique, le poétique et l’unique de la chose. Mais il faut admettre parfois que certaines synchronicités/évènements restent, comment dire, interloquant?

Ouais là tu te demandes dans quel article je t’embarque ahaha! Sois curieux et va jusqu’au bout alors :)

Lire la suite de « Le magique est partout. En particulier chez Mimi, et la nouvelle boîte. 07 Juillet 2016. »

Dimanche on glande – le bonheur c’est simple –

Hey Moussaillon!

Ca y est mon horrible jour de la semaine est arrivé. Horreur Malheur, Effroi!

Non mais j’ai plein de trucs à faire, donc c’est plutôt chouette, enfin  je suis sensée apprendre à me poser mais huuum j’y reviendrai très vite là dessus, avec un article en lien avec le 30-DMC, et, cet article-ci est une parfaite passerelle pour lier les deux.

Mais là où je progresse et où j’aurai pu te pondre un truc tout neuf, et ben non, j’ai décidé de (re)partager un article que j’avais posté sur mon ancienne chaloupe (d’où le on glande dans le titre, même si ce copier-coller va juste me permettre d’écrire l’autre article ahaha).

Bon, je suis désolée pour les mouss qui l’aurait donc déjà lu. Mais une petite redite sur ces choses essentielles ne peut faire de mal.

Je profiterai aussi de ce billet pour vous mettre ces fameuses photos du bienfait d’avoir quitté le cercle vicieux de la psychiatrie traditionnelle!

Lire la suite de « Dimanche on glande – le bonheur c’est simple – »

Il est minuit petite souris.

 » Imagine, maintenant: un piano. Les touches ont un début. Et les touches ont une fin. Toi, tu sais qu’il y en a quatre-vingt-huit, là-dessus personne peut te rouler. Elles sont pas infinies, elles. Mais TOI tu es infini, et sur ces touches, la musique que tu peux jouer elle est infinie. Elles, elles sont quatre-vingt-huit. TOI, tu es infini. Voilà ce qui me plaît. çà, c’est quelque chose qu’on peut vivre. »

A. Baricco – Novecento : Pianiste

Oh Quelle drôle d’heure moussaillon.

Je suis à l’heure qu’il est chez Morphée, mais minuit aujourd’hui ça veut dire que …

C’est parti pour une journée Off Line! #30-day Minimalism Challenge

Ça tombe bien, j’ai plein de choses à faire

  • Cogiter
  • Voir mon psy
  • Aller chez Nurgul au marché pour mes fruits <3
  • Commencer un vieil éco-défi de chez Echos verts (remixé à la sauce Captain évidemment, on fait tout à l’envers dans cette frégate) et dont je vous en dirais plus incessamment sous peu, mais à s’n’aise blaise, pas la peine de ne parler que de défi/challenge. Saloperie de fin/début de mois qui annoncent les bilans et autres joyeusetés à venir qui finissent par faire embouteillage sur le blog
  • Et bien plus encore !

C’est pour ça que je tenais à te laisser avec cette petite citation de mon auteur préféré.