Je ne peux pas garder ça pour moi. Le partage est plus fort que moi.

 

Dimanche 24 juillet 2016.
CHU – Dinant Godinne
Sur un banc.

 

24-07-16

Morning Pages : 06h50

Quel bonheur je suis dehors. Un oiseau pépille, l’air est doux, j’écoute la découverte du siècle J. Tillman, mon café, ma clope.
Putain je suis bien.Surtout que je suis dans un endroit magique.
On dirait vraiment Alice aux Pays des Merveilles.
Le titre « Lilac Hem » est merveilleux.

En fait, tout concorde là maintenant tout de suite.
Je suis en train de vivre une parfaite harmonie.

Respirer – fermer les yeux – écouter – être attentive.

Ça sent bon le petit matin, les arbres mouillés et le bois humide. Ce n’est que quiétude.
La perfection à son paroxysme vu l’endroit où je me trouve.
J’en oublie le mal de ventre du petit déjeuner (et le fait que A. se soit réveillée sur la fin pourrissant mon état de pleine conscience en allumant sa télévision, mais bon c’est la vie).

Là maintenant tout de suite je fais l’expérience d’une connexion totale avec ce qui m’entoure. C’est magique. Ça me rend bien.

Venez good vibes.

Yeux fermés et sourire béat. C’est ça le bonheur de l’instant présent.
Un peu de frisson de froid pour rappeler que le corps est là aussi.
En vie.

Dieu que j’aime les matins pour me sentir en vie.

24 juillet 2016 j’aime ton aurore.
Nous sommes ensemble depuis 03H30.

24 juillet 2016

Il y a un noisetier et des haies. On se sent protégé par cet amas de verdure.
J’aimerai que ce moment ne s’arrête jamais.

Il faut que je l’imprime de tout mon être, de chaque partie interne et externe me constituant, pour y puiser la force quand ça n’ira pas.

Fermer les yeux – respirer – ressentir – imprimer.

Pour ne pas oublier.
Cet instant de vie.
Cet instant d’harmonie.
Cet instant hors du temps.
Cet instant hors contexte.

Voilà le Merveilleux.
Nous y sommes.
C’est ça ma bulle magique. Dans laquelle je vis. C’est ce que mon psy dit. Que je vis dans une bulle magique et poétique.
Oui.
J’avoue.
Je plaide coupable.
De ce crime merveilleux.
N’importe qui voudrait porter ce cadavre là avec moi en ce 24 juillet 2016. Dans les alentours de 07h00.

MERCI POUR CE MOMENT.

Je suis bien.
Là maintenant.
Et c’est ce qui compte.
Comme quoi il en faut peu.
Pour vraiment être heureux.Un cahier.
Des pensées.
Un matin pas chagrin.
Une couverture verte protectrice.
Un café
Une clope
Un peu de conscience
Beaucoup de bienveillance.
Et de la reconnaissance.

Et la magie de l’harmonie opère.

J’aimerai que quiconque qui se sent mal, là maintenant tout de suite, puisse ressentir ça.
Alors je referme les yeux.
Et j’envoie tout ça. Toutes ces bonnes ondes à ce monde qui va mal.
Pour partager.
C’est trop précieux que pour le garder pour soi.

Fermer les yeux. Le diffuser.
En espérant que ça touche quelqu’un.
Mais ça fonctionnera. C’est ça la magie du Merveilleux.

Puissance éphémère de l’instant présent. Oublier pour un instant.

Je ne suis que gratitude.

Et tout doucement se préparer. – Respirer, fermer les yeux- Pour le reste.

Peut-être que les problèmes reviendront. Mais ce n’est pas grave. C’est imprimé.

J’espère que ça a marché. En tout cas c’est envoyé. L’attrape qui pourra.

Une clope-un café-un cahier-des pensées-une haie protectrice-un matin clément.

Merci la Vie pour ce cadeau. Qu’il est beau.

 

Publicités

2 commentaires sur « Je ne peux pas garder ça pour moi. Le partage est plus fort que moi. »

Si tu veux t'exprimer moussaillon, c'est ici et maintenant :)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s